Créateur de toutes les illusions,

Destructeur de l’espace cœur,

Tu es l’ennemi à toute heure,

Le miroir de l’esprit en fusion…

 

Aveuglée par ta densité,

La nature est déstabilisée,

Dans ton plaidoyer inutile,

Tu n’es qu’un outil futile…

 

Tu essaies de te rattacher,

À la raison pour contrôler,

Les filaments de la conscience,

Avec beaucoup d’insouciance…

 

Ta voilure transparente,

Enveloppe inconsciente,

Sur un radeau en perdition,

Comme un volcan en éruption…

 

Ego, tu n’es qu’un mot,

Un concept, un tableau,

Dans ton décor assombri,

La négligence de la vie…

 

Alors ta contraction,

Se révèle à l’unisson,

Tu perds de ta puissance,

Sans toi, la délivrance…

 

FV