Errance,

 

 

Je m’incline devant toi, mortelle délivrance

La vie n’aurait pas de sens, sans son impermanence

Que ferions nous à courir dans toutes les directions

Une fois passée, l’ultime reproduction

 

Nous revêtons les rôles de l’existence,

Et par ta peur, recherchons l’opulence

Éloigné de la divine acceptation

L’ego recherche la contraction

 

Perdu dans le dédale de la souffrance

Le changement dans toutes les circonstances

Doux mélange de joies et de déceptions

L’arrogance épouse la dérision

 

A travers toutes les observances

La vérité est celle de la transparence

Expirer dans la beauté de l’abandon

L’univers inspire la prosternation

 

Errance,

Tu nous invites à l’indolence

Autant d’interrogations

Sans répondre à tes questions

 

Errance,

Tu es le fruit de la redondance

Une seule direction

Notre funèbre oraison.

 

Errance, Errance, Errance.

 

FV