Insaisissable,

 

Spirale de lumière du vent tourmenté

Le temps est une chimère que l’on ne peut dompter

La vie reste un trépas bercé par l’illusion

Croyances du présent, mensonges à l’horizon

 

De toutes les pensées, aucunes restent gravées

Tel le souffle qui ne peut s’éterniser

La colère est le signe de l’incompréhension

Les larmes coulent en une cascade de leçons

 

Espérer devient le terreau de tes idées

Cycle sans fin d’un élan frustré

Maquillage de la joie et de la déception

Visages grimés dans un dédale d’introspection

 

Autant de rêves dissimulés, manipulés

Dans les ténèbres de la psyché

Ou est passé l’écho de nos actions

Insaisissable, tu n’es qu’un frisson.

 

FV