Invisible,

 

Énergie vivante par l’amour transpercée

Poignardant les murailles de l’éternité

Débordantes saveurs divines

Immensité de l’âme, je m’incline

 

Dissimulée à l’orée de nos sens,

La joie est installée dés la naissance

Dans un espace secret

Invisible et protégé

 

Vision de l’insensé,

Délicate nécessité

De se la représenter

Pour se libérer

 

Des fardeaux de l’illusion

Enveloppe du démon

Par de-là les pensées

Je ne peux que vénérer

 

Tu existes, tu es bien là

Partout autour de moi

Amour, pétale de soi

Invincible force de l’au-delà

 

Impalpable délicatesse

Sans toi la vie n’est que détresse

Tu nous unis dans ta sagesse

Matrice, tu es le souffle de la vie…

 

FV