LIBERTÉ, ÉGALITÉ, FRATERNITÉ

 

Je vous présente  ces 3 Mots: Liberté, Égalité et fraternité que j’ai défendu pendant des années au prix du sang ; Un sang rouge, sous le ciel bleu et la domination blanche, tel notre drapeau tricolore. Notre constitution est merveilleuse car elle a la volonté d’œuvrer afin que tous les êtres de notre beau pays naissent égaux et libre de droits ; Quand à la fraternité, elle se présente afin de respecter la pluralité de ses membres. Inscrite pour la première fois le 27 février 1848 lors de la deuxième république, elle sera officiellement gravée sur tous les édifices publics le 14 juillet 1880.

LIBERTÉ, ÉGALITÉ ET FRATERNITÉ

L’inquisition a si souvent été dénoncée et sanctionnée comme une période dogmatique violente et ce au nom de Dieu et de la liberté. Combien d’hommes et de femmes ont perdu la vie ?            En 1854, la loi de transportation favorise la construction des célèbres bagnes de Cayenne et de l’île du Diable. Près de 90 000 hommes et 2000 femmes y seront envoyés, la moitié à peine survivra.En 1830, l’Algérie deviendra une colonie Française et sera divisée afin d’éclater en guerre civile et diplomatique de 1954 à 1962.

Maroc espagnol, Tunisie, Afrique équatoriale française, Tchad, Congo, Gabon, bénin, haute volta, guinée, côte d’ivoire, mali, Mauritanie, Niger, Sénégal, Togo, Cameroun, les colonies de Madagascar, Djibouti, Tanzanie, Lyban, Syrie, Inde, Indochine Française, Chine, Nouvelle Calédonie, Polynésie, Terre adélie, Malte ; La colonisation au nom de la Liberté. Combien de vies ont été volées, combien d’enfants orphelins, combien de peuples révoltés ? Le 19ème siècle voit une aristocratie débordante d’énergie qui ne cessera, jusqu’à nos jours de bafouer cette acclamation utopique, juste bonne à donner assez d’illusion au peuple afin qu’il puisse espérer des jours meilleurs sans se révolter.

LIBERTÉ

Faudrait-il définir la signification de ce mot. Mais vous savez tous que le fondateur de la sémantique générale, Alfred Korzybski, avait raison lorsqu’il stipula : « La carte n’est pas le territoire ». Nous éviterons donc ce débat philosophique qui n’est qu’une vision personnelle, infime écho de la réalité.

Je m’autorise un exemple, simple, celui des préjugés et de leurs conséquences ; on pourra s’apercevoir que l’application de la liberté n’est pas équanime.

ÉGALITÉ

Qui ose parler d’égalité ? Le bourgeois à la bedaine débordante ? L’aristo qui détourne les lois afin de cumuler un peu plus de richesses et de pouvoir, le PDG qui démissionne avec un portefeuille de quelques millions, ceux qui cumulent les mandats, ceux qui ont des hauts postes, qui magouillent et qui ne rencontrent jamais la justice, le député qui se fait sauter son excès de vitesse, le Président qui invite Kadhafi dans les jardins de l’Élysée, le gauchiste qui fédère et qui promet un monde meilleur ? Faut-il poser la question au père de famille qui vient de se faire licencié parce que l’entreprise à fusionné ou pour un quelconque motif d’exploitation et de rendement ? Ou à cette pauvre femme qui subit un patron obsédé et qui ne peux joindre les deux bouts. Pourquoi, dans notre pays, une femme noire et obèse aura 70 % de chances de moins qu’une belle blonde pulpeuse pour une certification équivalente pour l’obtention d’un poste  ?  Le pays colonisé?; la femme violée?; le système hiérarchique ou l’homme se cache derrière une fonction sans aucun développement personnel et j’en passe ….

FRATERNITÉ

L’ensemble de notre système développe un égocentrisme exagéré, une sur consommation outrancière et nourrit des différences exponentielles. La Fraternité est maquillée, tout comme nos visages ; ce maquillage social qui nous va si bien. Nous sommes loin de l’altruisme.

 

LIBERTÉ, ÉGALITÉ et FRATERNITÉ n’est pas une illusion mais bien un objectif à atteindre. L’homme occidental se projette vers un monde meilleur car il souffre. Il n’ a pas acquis les qualités vertueuses afin d’y parvenir. De vies en vies et de souffrances en souffrances il commence à comprendre que sans l’aide bienveillante de la sagesse primordiale qui conduit l’individu au-delà des limitations de l’esprit conditionné, à la conquête de l’éveil, il ne pourra jamais être en paix. Des peuples ont déjà compris cela avant nous et n’ont aucun problème avec la mort, par conséquent, ils n’en n’ont pas avec la vie.

Nous avançons, lentement, sur le chemin qui mène à la Paix. Dans les philosophies Bouddhistes et védiques, ils appellent cela le Dharma : La voie.

Les Suttras védiques recueillent le berceau de la philosophie humaine. Ils sont à la source du magnifique paysage humain, galvaudé par l’ignorance et l’égo.

Je souhaite du fond de mon cœur que tous les êtres soient libres, égaux et fraternels, mais il va falloir pour cela attendre quelques milliers de générations surtout si l’on continue à défendre des ignominies sociétaires. Sortir de cette ignorance des mécanismes de la vie demande beaucoup d’efforts, une volonté qui transcende l’esprit manipulé par toutes sortes d’illusions et de conditionnements, tel que l’ego, le temps, la causalité, l’impermanence, l’interdépendance, les sens et bien d’autres encore…

Tout ceci n’est qu’une utopie, puérile et sans forme que l’homme a besoin pour pouvoir s’identifier et avancer. C’est dans sa nature. L’amour n’est pas au cœur de la politique. Le jour ou cela se produira, le monde changera. Martin Luther King, Gandhi et bien d’autres en ont payé de leur vie. Le monde que vous défendez est un monde d’assassins, qui tue, pollue, détruit notre nature, elle même source de nos vies ! Vous est-il venu à l’idée de tuer votre propre mère ?

Égoïsme, Égocentrisme, peurs, aversions, colères, haine, joies, jalousie… autant de vêtements qui habille l’homo sapiens depuis 200 000 ans.

Pour conclure, ce symbole de la triple acclamation est, de mon point de vue, un slogan manipulateur loin d’avoir rempli ses objectifs. Il donne la sensation d’appartenance à un pays mais ce pays est trop petit avec un égo beaucoup trop grand. Un jour sans doute, il brillera de tous ses feux. Le symbolisme maçonnique teinté d’une couleur ésotérique  n’approfondit pas suffisamment les aspects subtils de la conscience humaine. A mon sens, son registre correspond plus à un catéchisme amélioré. C’est pour ces raisons que je n’ai pas traité cette planche comme on me l’a demandé. N’en soyez pas heurté, je ne suis qu’un apprenti ignorant.

 

Exactement, qu’attendons nous des autres ?

Les autres ? Ne sont-ils pas le reflet de nous-même, de nos propres émotions ?

Lorsque mon esprit est en colère, ne vais-je pas provoquer l’autre ? et lorsqu’il est en paix, ne vais-je pas chercher l’amour ?

L’esprit à besoin de cela, car il a peur !

Pourquoi a-t-il peur ? et de quoi ?

De ne plus être..

Dans sa contraction, privé de l’espace infini, il va déployer une multitude de stratégies,

Voyageant de contractions en contractions, jusqu’à ce qu’il accepte….

De ne plus être…