Sans doute errons-nous jusqu’à découvrir notre vraie nature; celle établie en tant que conscience, écho des vibrations cosmiques connectant nos cellules afin d’interagir avec l’univers. Ainsi, la fusion de notre nature avec celle de l’univers répond à la non dualité de l’existence.

Quel chemin faut-il emprunter sachant que tout est conscience… ?

Notre chemin personnel est jonché d’obstacles ; c’est immuable… N’ayant pas réalisé la vraie nature, nous sommes en dualité entre les obstacles et le chemin, rendant ainsi l’existence difficile et non harmonieuse.

Mais il est bon de constater, lors de moments divins, que cette contraction dualiste n’est présente que parce qu’elle obscurcit l’amour, la joie en toutes choses, la non dualité.

Nous ne pouvons voir cela de façon permanente car les conséquences de nos liens interdépendants avec notre environnement nous emprisonnent dans le jugement, l’égo, la sensation positive ou négative.  Tout est rapporté au MOI, unicité illusoire de l’être par une conscience ignorante.

Alors, quel chemin faut-il emprunter sachant que tout est conscience…?

Notre chemin est le bon, quelque soit son tracé puisqu’il ne peut en être autrement… Tout est conscience.

Connectons nous à l’amour, à cet espace infini et unique espace permanent au-delà de toutes les formes, de tous les conditionnements, de toutes les perceptions et de toutes les sensations.

Par l’amour, les crises dualistes se dissiperont et la paix de l’esprit trouvera un nid doux et confortable au cœur même de l’existence…

 

FV